Laurent Allias : « Les Chatons d’Or font émerger les idées par le bas »