Sans-abri : « Les gens s’imaginent parfois plus autonomes qu’ils ne le sont »