Le Samusocial rappelle que la précarité ne prend pas de vacances